En harmonie avec la terre

Citoyennes lavalloises en action

Author: Magaliepatenaude (page 1 of 3)

Ma nouvelle équipe : Allez les bruns !

Oui !!!! Je fais maintenant partie de l’équipe des bruns de Laval et j’en suis très fière. Allez les bruns ! Allez les bruns !

Depuis maintenant une semaine, notre secteur bénéficie  de la collecte résidentielle des matières organiques. Deux jours seulement après avoir reçu mon bac, il était déjà rempli et prêt à être collecté par la ville. J’avais très hâte de recevoir mon bac brun, car je voulais couper mes vivaces et défaire mon jardin et je n’ai jamais assez d’espace malgré mes deux composteurs stationnaires et ma tour à condos pour mes vers domestiques… hihi mon vermicomposteur ou lombricomposteur.

Composteurs stationnaires

Tour à condos pour vers (vermicompost)

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet automne, tous mes résidus verts seront mis dans l’un ou l’autre des systèmes de compost que j’ai maintenant de disponible.  Aussi, fini les os, les peaux de poissons ou les pelures de patates dans ma poubelle. Ce sont quelques exemples qui n’allaient ni dans mon vermicomposteur, ni dans mon compost dans ma cour, car à l’extérieur, je ne voulais pas attirer les animaux et mes vers ne mangent pas de tout… ils sont très capricieux 😉

Voici une liste d’éléments qui allaient à la poubelle chez nous et qui vont maintenant aller dans le compost :
• coquilles d’oeufs (trop long avant d’être décomposer)
• Noyaux de fruits : avocats, pêches, nectarines, etc (trop long avant d’être décomposer)
• Viandes, poissons, fruits de mer, y compris coquilles, os, carapaces et gras (attire les animaux | trop long avant d’être décomposer)
• Papier et carton souillés par des matières alimentaires (refusés dans le bac de recyclage)

Avec l’arrivée de la collecte résidentielle des matières organiques, je n’aurai plus rien d’humide ou de mouillé dans mes poubelles. Donc, tous mes déchets non recyclables ou non compostables pourront être déposés directement dans ma poubelle. Yé ! Je n’aurai plus besoin de sacs de poubelle. Par conséquent, avec la collecte des matières organiques, je vais réduire ma dépendance au plastique en plus de réduire la taille de mon sac poubelle et même potentiellement réduire le nombre de poubelles chez moi (est-il nécessaire d’avoir une poubelle par pièce ?). C’est génial, vous ne trouvez pas ?

Faire partie de l’équipe des bruns va me permettre de réduire le nombre de matières organiques qui se ramassent dans les dépotoirs et qui engendrent par la même occasion une quantité importante de méthane (un gaz 21 fois plus actif comme gaz à effet de serre que le gaz carbonique).  Lavalloises et lavallois, c’est le temps de passer à l’action en changeant vous aussi une habitude : embarquez à pieds joints dans l’équipe des bruns et compostons tous ensemble !

Pour en savoir plus sur le compost…

 

 

Osez une nouvelle expérience : L’épicerie nouveau-genre

De jour en jour, on peut voir de nouveaux commerces en lien avec l’alimentation faire leur apparition et plusieurs d’entres eux offrent maintenant une approche différente : achat bio de groupe, achat en vrac, achat en bocaux. Wow ! Plusieurs initiatives qui méritent qu’à notre tour on tente de nouvelles expériences.

De mon côté, j’ai essayé récemment Les fermes Lufa. Mon expérience est très concluante. Les produits sont frais, ils suivent les saisons et ils poussent pas trop loin. En plus, le point de chute le plus près de chez moi me permet d’aller chercher ma commande à pied en prenant une petite marche avec mon garçon dans sa poussette.

Promenade en poussette pour aller chercher notre commande Lufa

C’est génial !!! Toutefois, il y a, selon moi, encore trop d’emballage et il arrive parfois que l’heure de la livraison ne soit pas respectée. Comme dans tout, rien n’est parfait, mais la compagnie démontre une grande détermination afin d’améliorer en continu ses produits et ses services 🙂

J’ai également fait une commande avec l’entreprise NousRire qui offre des produits bio à bon prix grâce à des achats regroupés. Toutefois, j’ai eu un empêchement au niveau de la date de la cueillette et une amie à moi est allée chercher ma commande en même temps que la sienne (merci Steffi). Je n’ai pas encore fait l’expérience complète, mais je vais certainement refaire une nouvelle commande pour essayer toutes les étapes de A à Z. À suivre…

Aussi, je ne l’ai pas encore expérimenté, mais certains IGA ont emboîté le pas en ajoutant des sections de vrac dans leur épicerie. De plus, un projet pilote offrant la possibilité aux clients d’utiliser leurs contenants réutilisables propres est également offert dans 10 supermarchés IGA. Un nombre grandissant de consommateurs demandent des changements vers des initiatives plus écologiques et les commerçants commencent tranquillement à prendre le virage.

Changer ses habitudes ce n’est pas facile, surtout quand on parle de notre façon de faire l’épicerie, car on fait celle-ci à chaque semaine, donc cette habitude est très bien ancrée. Toutefois, cela vaut la peine de tenter le coup, car il y a beaucoup de déchets générés dans ce secteur. Si l’on veut tendre vers le zéro déchet, il faut absolument faire des changements du côté des achats alimentaires. Comme je le dis souvent, changeons un pas à la fois.

Finalement, voici plusieurs entreprises à découvrir si ce n’est pas déjà le cas dans la région de Montréal :
BocoBoco
Bulk Barn
Épicerie Loco
Espace organique
Frenco
Les fermes Lufa
Méga vrac
NousRire
Tout le monde tout cru
Vrac en folie
Vrac et bocaux
Vrac sur roues
Zest

– etc.

N’hésitez pas à partager vos trouvailles et vos expériences. Bonne découverte !

Connaissez-vous le métamoteur de recherche ECOSIA ?

Logo ECOSIA

Lancée en 2009 en Allemagne, cette entreprise sociale , qui neutralise 100% de ses émissions de gaz carbonique (CO2), reverse 80% de ses bénéfices pour planter des arbres aux endroits les plus prioritaires à travers le monde.

Voici les lieux ciblés pour l’instant :
Carte du monde qui présente tous les lieux où il y a actuellement une plantation d'arbres

Actuellement, plus de 55 millions d’arbres ont été plantés et d’autres sont ajoutés de jour en jour. Il faut environ 45 recherches pour planter 1 arbre. Depuis que j’utilise ECOSIA, j’ai fait 353 recherches, donc grâce à celles-ci, 7 arbres ont été plantés.

Crédit : Darran Shen

Il y a en ce moment 7 millions d’utilisateurs de ce moteur de recherche.
Devenez un nouvel utilisateur d’ECOSIA et aidez l’entreprise sociale à atteindre son objectif d’un milliard d’arbres plantés d’ici 2020.

Je fais ma part

Photo d'un colibri

Crédit : Philip Brown

Connaissez-vous la légende amérindienne du colibri ?
C’est une petite histoire qui a comme morale que chacun doit faire sa part.

De mon côté, j’ai décidé tout au long de l’année de poser des actions pour aider la planète en me concentrant sur 8 axes :

  1. Tendre vers le zéro déchet
  2. Tendre vers l’autosuffisante
  3. Adopter la simplicité volontaire
  4. Manger local au maximum
  5. Enrichir mes connaissance sur l’environnement
  6. Donner du temps à la société
  7. Donner de l’argent pour aider et défendre la cause environnementale
  8. Partager mes expériences et l’évolution de mes démarches

Au début du mois d’avril dernier, j’ai décidé de partager mes connaissances et mes expériences en allant donner une petite formation zéro déchet aux étudiant(e)s du comité organisateur de la semaine de la Terre de l’École Polyjeunesse de Laval. L’objectif était de les initier en leur montrant les bases théoriques du zéro déchet (ex : 5 règles de base) agrémentés d’exemples concrets, puis de leur faire quelques démonstrations (ex : Furoshiki). En partageant mes connaissances avec eux, j’espère avoir créé un déclic, soit une conscientisation aux nombreux déchets qui nous entourent. Une fois que nous avons ouvert les yeux sur cette problématique et que nous voyons l’ampleur de la situation; il n’est plus possible de faire comme si de rien n’était. Si vous avez ouvert les yeux sur les déchets autour de vous, je vous invite à aider d’autres personnes de votre entourage à faire de même. Comment ? En montrant l’exemple, en répondant à des questions, en partageant vos expériences et tout ça sans forcer ni culpabiliser personne, car chacun a son propre rythme et le déclic peut se faire à tout moment.

À titre d’exemple, le comité organisateur de la semaine de la Terre de l’École Polyjeunesse de Laval a planifié cette semaine plusieurs actions et activités. Par exemple, ils ont implanté des stations de déchets à trois voies (déchets / recyclable / compost) et celles-ci resteront en place à l’avenir. Ils ont aussi signé le Pacte pour la transition. Ils ont également animé un kiosque sur les lunchs zéro déchet et bien plus. Un gros BRAVO au comité organisateur et continuez vos pas verts 🙂

La semaine de la Terre est bientôt terminée, mais nos actions pour celle-ci devraient être réalisées en continue toute l’année.
Et vous, faites-vous votre part comme le colibri ?

Voici quelques idées d’action :
– Signer le Pacte pour la transition (si ce n’est pas déjà fait) ;
– Planter des arbres (c’est toujours bon, surtout qu’on perd beaucoup de frênes matures actuellement)  avec le mouvement lavallois Plantaction ou autre) ;
– Apposer l’autocollant pas du publicité (autocollant à imprimer) et enlever votre adresse des listes de publipostages
– Aller à la Grande manifestation du 27 avril 2019
Et bien plus encore

Des poubelles de couches…

Quel horreur… moi qui vise à tendre vers le zéro déchet, j’ai mis au bord du chemin des poubelles remplies de couches depuis des semaines… Elles sont allées directement au dépotoir et elles vont prendre entre 300 et 500 ans pour se décomposer. Saviez-vous qu’un enfant utilise annuellement en moyenne 2400 couches. Donc, j’avais vraiment hâte de commencer à utiliser les couches lavables pour réduire notre empreinte. Initialement, j’avais prévu arrêter d’utiliser les couches jetables lorsque mon garçon allait avoir 3 mois pour me donner une chance de prendre du mieux suite à ma césarienne et de m’habituer à mon nouveau rôle de parent, mais ce n’est pas ce qui est arrivé dans la réalité. C’est seulement à partir de 6 mois et demi que mon garçon était jour et nuit en couches lavables. Que s’est-il passé ?

Tout d’abord, la vie va vite et changer une habitude bien ancrée (même si c’est seulement depuis quelques mois… au nombre de couches que l’on change par jour; l’habitude est solide) peut prendre plus de temps que prévu. Toutefois, le plus difficile est de faire le premier pas, car il faut se le dire, personne ne rêve de laver des couches remplies de pipi ou de caca. Je savais que je voulais utiliser des couches lavables pour faire ma part pour la planète, donc j’avais déjà acheté un petit lot de 15 couches lavables usagées à une amie avant la naissance de mon petit bonhomme malgré les avertissements que j’avais reçu d’attendre pour tester le modèle qui convient le mieux à la physionomie de l’enfant. Quand mon garçon a eu trois mois, j’ai essayé une des couches lavables achetées, mais c’était beaucoup trop grand (zut… encore trop grand… fuites potentielles garanties), car mon garçon est un bébé de petit poids.

Donc, cela a pris plusieurs mois avant de lui faire. Entre temps, j’ai essayé plusieurs autres modèles pour voir lequel lui allait le mieux (un gros merci à Ginette et à Gabrielle) : Omaïki, Bumgenius, Bummis, La petite ourse, etc. J’ai finalement opté pour l’achat de 20 couches supplémentaires (nombre minimal pour obtenir une subvention pour des couches lavables à la Ville de Laval) de marque La petite ourse, car c’est celle-ci qui m’apparaissait la plus concluante pour mon petit bonhomme. Il est bon d’avoir environ 30 couches en tout pour être certain de ne pas en manquer, car elles sont souvent dans des étapes différentes : certaines sont propres, une est en cours d’utilisation, d’autres sont en attente d’être lavées, d’autres en cours de lavage et finalement d’autres sont en train de sécher.

Pour revenir au modèle acheté, j’ai pris le modèle à snap, car suite à mes tests, j’ai constaté que si les velcros étaient mal refermés, ceux-ci accrochent les inserts  lors du lavage et cela les endommage. Cette sorte de couche est à poche avec des inserts en bambou très absorbants (1 insert de jour et 2 inserts la nuit… et hop c’est parti pour des 24h/24 en couches lavables). De plus, j’avais moins de fuites avec ce modèle à cause du double gousset (identifié par le numéro 2 sur l’illustration). En plus de choisir le bon modèle, il faut aussi faire des changements au niveau de la poubelle pour accueillir les couches lavables. Nous nous sommes procurés des sacs en tissu à couche spécialement conçu pour notre poubelle Dekor et le tour était joué.

Finalement, je suis très fière d’être maintenant passée aux couches lavables pour mon garçon. En bonus, nous avons aussi des lingettes et des mouchoirs lavables… il nous manque plus que le papier de toilette lavable… mais pour l’instant nous ne sommes pas encore rendus là.

 

Mes apprentissages en vrac :

  • Quantité minimale de couches lavables à avoir : 30
  • Laver les couches aux 2 à 3 jours maximum
  • Laver sa laveuse à tous les mois (mettre dans la cuve 2 tasses de vinaigre et 1 tasse de bicarbonate de soude et partir le cycle de nettoyage ; le cycle de lavage doit être fait en eau chaude et celui-ci doit être le plus long)
  • Détacher les couches avec du savon de Marseille ou en les séchant au soleil
  • Ne pas mettre plus de savon à couche que recommandé pour ne pas bloquer le tissu des couches lavables
  • Utiliser le liniment oléo calcaire à la place de crème à base de zinc, car le zinc peut bloquer le tissu de la couche lavable
  • Mettre un insert le jour et deux inserts pour la nuit
  • Source d’information incroyable : groupe facebook intitulé Accros aux couches lavables

Overdose d’objets

Pourquoi avons-nous autant d’objets ? Est-ce que ceux-ci nous rendent plus heureux ? Comment ceux-ci entrent-ils dans nos maisons ? Sommes-nous drogués aux achats compulsifs ?

Malgré mon désir d’épurer au maximum ma maison, on dirait que les objets ne cessent de faire leur entrée… parfois comme cadeau (surtout durant la période des fêtes)… parfois comme don (et oui, les gens pensent de plus en plus à donner au prochain) et aussi comme achat (comme beaucoup d’autres personnes, j’ai encore succombé à la tentation : désir ou besoin).

Il semblerait que nous avons en moyenne dans nos maisons nord-américaines 300 000 objets. Je n’ai pas du tout de la misère à le croire. J’ai personnellement encore beaucoup trop d’objets dans ma maison.  Ah qu’il est difficile de s’en départir, car on se dit souvent : Et si j’en avais un jour de besoin… mais plus on a d’espace et plus on accumule.

En passant d’un petit appartement à une maison, il y a déjà quelques années, je trouvais que l’espace de plus que j’avais était génial. Un espace aéré est agréable pour se mouvoir dans l’environnement et apaisant pour l’esprit. Toutefois, en seulement 4 ans, après un décès dans la famille et l’arrivée de mon petit garçon, ma maison est déjà bien remplie de jouets, de meubles, de souvenirs et dans mon cas précis d’objets divers pour réaliser mes 2 millions de projets créatifs. J’ai beaucoup de difficulté à choisir, alors je fais un peu de tout : peinture, bijoux, tricot, musique, dessin et plus encore. Mes intérêts multiples amènent inévitablement une montagne d’objets. Une machine pour faire ceci, un outil pour faire ça et de multiples matériaux pour mes projets  de toutes sortes.

Donc, cette année, j’ai décidé, comme résolution, de réduire mon nombre de projets et surtout d’éviter d’acheter de nouveaux objets / outils / matériaux pour réaliser ceux-ci. Il est plus que temps d’écouler mon stock pour réduire l’accumulation et faire baisser la surcharge. En prime, c’est aussi une très bonne chose pour mon budget. 🙂

Pour commencer du bon pied, je confectionne actuellement des mouchoirs avec de vieux t-shirts (et oui, on a décidé de passer aux mouchoirs lavables) et je crée également des cartes de fête avec du matériel que j’ai déjà à la maison.

Cartes de souhaits maisons et mouchoirs lavables

Finalement, mon objectif pour 2019 est de vivre mes passions créatives uniquement avec le matériel que j’ai déjà chez moi afin de réduire l’overdose.

Et vous quel est votre objectif pour la nouvelle année ? N’hésitez pas à le partager ! 🙂

Tous à vos fourneaux !

Source : Freepik

Dès le début du mois de décembre, on ressent une accélération du temps vers la période des fêtes et qui dit temps des fêtes dit obligatoirement bouffe. C’est alors le moment de sortir vos recettes et de vous mettre à vos fourneaux. Toutefois, vos recettes sont-elles zéro déchet ou simplicitaires?


Je me suis posée cette question là récemment et je me suis rendue compte que je devais faire le ménage de ce côté là pour cibler les recettes qui suivent mes objectifs de tendre vers le zéro déchet et la simplicité volontaire.

Première étape, j’ai sorti tous mes livres de cuisine et j’ai passé au peigne fin chaque recette pour sélectionner celles qui ont les caractéristiques recherchées:
a. Peu d’ingrédients
b. Ingrédients disponibles sans emballage
c. Recette nécessitant peu ou pas d’appareil culinaire

Deuxièmement, j’ai intégré chacune des recettes sélectionnées dans une application nommée « Mes recettes pro» en les classant également dans une ou plusieurs catégories (ex : une recette peut être classée dans entrées et dans poissons).

Finalement, j’ai donné ou vendu les livres de recettes dont la majorité des recettes ne concordaient pas avec l’approche zéro déchet. Je suis maintenant prête à cuisiner en suivant davantage la philosophie du zéro déchet et de la simplicité. Joyeuse période des fêtes à tous !

 

Quel est l’état de la situation ?

Nous sommes actuellement aux portes d’un moment charnière où les alertes scientifiques émergent de toute part pour nous mettre en lumière ce point de non-retour côté changement climatique et santé planétaire. Il est plus que temps de mettre les bouchées doubles pour protéger notre environnement à tous, pour nous et tous les enfants de la planète.

Sortons du déni, acceptons de voir la réalité en face et effectuons les actions nécessaires en mettant aux vidanges notre pessimisme épidémique pour faire la place à l’espoir. C’est notre devoir à chacun d’entre nous de montrer l’exemple, même si l’on croit très souvent que nous ne sommes qu’une goutte d’eau dans l’océan. Arrêtons de nous faire accroire que nous effectuons notre part en recyclant et en compostant. Il est plus que temps d’agir en grand et de prendre le taureau par les cornes. N’attendons pas que les lois changent pour agir, car la machine gouvernementale est lourde et l’on peut aisément s’embourber les pieds dans la bureaucratie. Créons le changement dès maintenant, une personne à la fois et un pas à la fois pour être certain de bien ancrer ceux-ci sur le long terme au niveau de nos habitudes de vie.

Pour éclaircir de mon côté mon plan de match, j’ai décidé de faire un état de situation en date du premier anniversaire du blogue. Mon point de départ est le questionnaire intitulé « Quelle est votre empreinte écologique ? » du site Footprint global network. J’ai obtenu une empreinte de 1,6 planète. Ce n’est pas si pire, mais c’est encore beaucoup trop. Dans mon cas, mes habitudes de vie à transformer le plus rapidement possible sont les suivantes :

  • Manger moins de viande et sélectionner davantage de produits locaux (J’avoue que j’ai un petit penchant carnivore (mon chum encore plus), mais j’adore encore plus les légumes. Je suis persuadée que je peux faire un effort pour réduire ma consommation de viande.)
  • Éviter de prendre l’avion (Je prends surtout l’avion pour aller en vacances. Alors, pourquoi je ne prendrais pas des vacances près de chez moi à l’avenir…)
  • Réduire mes déplacements (surtout entre ma maison et mon travail : pour y arriver, je dois soit changer de travail, déménager ou effectuer plus de télé-travail)

Nous avons tous besoin de motivation pour changer ses habitudes de vie souvent bien ancrées. Quelle est ma motivation suprême ? Pour moi, il s’agit de mon petit garçon, car je souhaite lui offrir le meilleur avenir possible sur cette planète.

Bon, j’ai assez parlé de moi… Mais vous, combien de planète consommez-vous ? Quelles sont vos habitudes de vie à modifier en priorité et quelle est votre motivation suprême ? Par quel pas allez-vous commencer ? Je vous en suggère un… Pourquoi pas aller marcher le 10 novembre prochain  lors de l’événement suivant :

 

Bref, ne tombons pas collectivement dans le précipice de notre propre perte. Pensons à l’extérieur de la boîte…Soyons créatifs, ingénieux et inspirants, pour créer un monde d’espoir pour les générations futures.

 

En harmonie avec la Terre a 1 an !

En harmonie avec la terre : 1 anAujourd’hui est un grand jour, car nous célébrons le premier anniversaire du mouvement En harmonie avec la Terre.

Ce mouvement qui a pour mission de sensibiliser le citoyen, principalement lavallois, à une consommation éco-responsable pour une meilleure santé physique, mentale et financière, un meilleur environnement pour les générations à venir et plus de temps pour profiter pleinement de la vie.

Nous souhaitons dire un grand MERCI aux fidèles lecteurs de ce blogue. Continuez de nous transmettre vos commentaires et n’hésitez surtout pas à continuer vos pas verts. Vous avez envie de vous impliquer dans le mouvement sur le long terme ou de façon ponctuelle pour aider lors d’événement spécifique? Il nous fera plaisir de vous faire une place selon vos ambitions et vos disponibilités. Contactez-nous sans tarder !

Bouclons la boucle !

D’une année à l’autre, j’aspire à devenir de plus en plus autosuffisante côté bouffe. L’objectif ultime serait de boucler la boucle. Mais comment ?

Magalie en train de récolter les patatesrécoltes de patates 2018conserves de betteraves 2018

  1. Avoir assez de semences* pour partir les plants l’année suivante
    Actuellement, je peux partir environ 25 % des plants
    pour l’année prochaine, car j’ai
    a. sélectionné les plus beaux fruits ou légumes à leur pleine maturité, j’ai retiré les graines et je les ai fait sécher à l’air libre : 
    – tomates (+ de 5 ans d’expérience au niveau de la récolte de ce type de semence)
    – poivrons (+ de 5 ans d’expérience)
    – piments forts (2 ans d’expérience)
    – zucchinis (0 année d’expérience)
    b. retiré les semences dans les fleurs séchées :
    – capucines (1 an d’expérience)
    – oeillets d’inde (1 an d’expérience)
    c. récolté le légume pour le replanter directement dans le sol :
    – patates (2 ans d’expérience)
    – ail (1 an d’expérience)

    * Si vous voulez récolter vous aussi vos semences de fruits et de légumes, le jardinier paresseux explique très bien le pourquoi du comment sur son blogue dans son article intitulé « Comment récolter les semences ».
  2. Avoir les récoltes adéquates pour les besoins de notre famille
    Tout d’abord, mon jardin n’a pas une assez grande superficie. Il faut environ 100 m2 par personne pour subvenir aux besoins alimentaires et mon jardin n’a que 19 m2 par personne. Aussi, l’année 2018 n’a pas été la plus productive, car j’ai pris davantage soin de ma bedaine que de mon jardin et que « Franky » la marmotte s’est servie plus que jamais de mon jardin comme de son garde-manger personnel. Donc, cette année, les tomates seulement étaient assez abondantes pour nos besoins alimentaires. Toutefois, nous sommes presque virés tomates malgré nos dons à nos familles, nos amis et nos voisins, car j’ai exagéré dans l’autre sens en mettant en terre tous les plants que j’avais partis en semis. Bref, je vais réviser mon plan l’année prochaine pour équilibrer davantage mes récoltes, pour éloigner la marmotte et pour prendre soin de mon jardin afin de favoriser une plus grande productivité.
  3. Être en mesure de faire assez de conserves pour l’année à venir
    Étant en pleine période d’adaptation dans mon nouveau rôle de maman, j’ai fait dans le minimaliste au niveau des conserves 2018, soit des conserves de betteraves uniquement. Toutefois, il me reste encore des conserves de 2016-2017 (ketchup aux fruits, tomates, relish). Dans le monde idéal, j’aurais juste le bon nombre de conserves pour subvenir aux besoins de ma famille jusqu’à la prochaine saison des récoltes. Aussi, j’aimerais éviter d’acheter des produits transformés. Donc, en 2019, j’aimerais faire plus de conserves diversifiées tout en améliorant les quantités réalisées (ex : moins de relish, plus de betteraves, sauces (nouveauté), etc.)
  4. Avoir accès à un système de partage pour pallier aux manques de semences ou de récoltes
    Connaissez-vous la plate-forme « Plantcatching » ? C’est un site à découvrir pour trouver des plantes, graines et bulbes, surplus de récoltes et matériaux de jardinage donnés par vos voisins jardiniers ou pour donner à votre tour des végétaux ou surplus de récoltes. C’est un outil fort intéressant pour favoriser la collaboration entre voisins. Bonne découverte !

Finalement, ce n’est pas cette année que je vais réussir à boucler la boucle, mais un pas à la fois, je vais tendre dans cette voie.

 

 

Older posts