En harmonie avec la terre

Citoyennes lavalloises en action

Tag: santé

Journée mondiale de l’alimentation

Journée internationale sans viande

Trois fois par jour

Quand j’ai commencé à me préoccuper des produits que j’utilisais sur mon corps, j’ai décidé de fabriquer ma propre pâte à dents car après tout, c’est trois fois par jour (parfois 2) qu’on accomplit cette tâche et qu’on ingère fort probablement une certaine quantité de dentifrice et de produits chimiques qui s’y trouvent.

Certaines personnes essaient plusieurs recettes avant de tomber sur la bonne mais moi, j’ai été très chanceuse car la première recette que j’ai essayée était parfaite.   Goût, texture, efficacité.

Durant un an, j’ai donc utilisé exclusivement cette pâte.  J’ai demandé l’avis de ma  dentiste en lui mentionnant les ingrédients qui entraient dans la composition de ma pâte maison et, après m’avoir examinée, elle n’y voyait aucun problème, m’expliquant qu’à un certain âge (le mien genre ! ! !)  le fluor était moins nécessaire.  Or, en discutant avec un autre dentiste, autre son de cloche;  selon lui, comme mes dents connaissent un certain déchaussement (voilà, vous savez tout maintenant !) le fluor s’avère important….  Que faire ?

N’ayant pas envie à ce stade de me lancer dans une étude exhaustive sur la question j’ai choisi d’utiliser une pâte commerciale une fois par jour et de maintenir mon dentifrice maison pour le reste, ce qui à mon avis est un bon compromis.  Mais un jour je devrai me pencher davantage sur la question…

Et qu’en est-il du côté de la brosse à dents, qu’on doit changer environ 4-5 fois l’an pour s’assurer d’un bon travail de brossage? Cela en fait des débris de plastique qui se retrouvent dans les dépotoirs.

Je me suis donc tournée vers une brosse au manche de bambou.  Au terme de sa vie, on coupe le manche pour le déposer dans le bac de matières organiques (compost) et on jette l’extrémité avec les poils qui est non-compostable.  Il existe plusieurs sortes de brosses chez différentes compagnies; des souples, des moins souples, des grosses, des petites, la plupart avec poils synthétiques, d’autres avec des poils de cochon (Et oui ! Celles-là sont 100% compostables.). J’en ai donc essayé quelques-unes (pas les poils de porc… pas rendue là !) avant de trouver celle qui me convenait.  Et maintenant, quand elle n’est plus bonne, je coupe le manche et place le bambou au compost (celui de la ville car le bambou prend  un certain temps à se décomposer, et je n’ai pas envie de retrouver un tas de manches en bambou dans mon potager. Quoi que… si ça repoussait en brosses à dents…. ??? )

Il me reste maintenant la soie dentaire écolo à découvrir, mais comme  je ne l’utilise pas très régulièrement…(ne le dites surtout pas à mon dentiste) je n’ai pas encore fait de tests de ce côté.

 

 

 

 

Être écologique, c’est économique!

On entend souvent dire que de manger des aliments biologiques et d’acheter des produits locaux ou éthiques coûte plus cher et c’est (malheureusement) souvent vrai… Si on s’arrêtait à cela, il pourrait nous sembler qu’être écolo est peu économique voire inaccessible pour certains d’entre nous. Mais il y a plein de petits (et de gros) endroits où être écologique/zéro déchet est bon pour notre portefeuille. C’est dernièrement, lors de l’organisation de la fête de mes enfants, que j’en ai pris pleinement conscience…

Il y a plusieurs années, en pensant me simplifier la vie pour la fête de ma fille, j’avais acheté des nappes de plastique, des «napkins» de Dora, de la vaisselle jetable, etc. Et quand on parle fête d’enfant, il est vraiment facile de tomber dans le piège et d’acheter la totale c’est-à-dire: des guirlandes, des banderoles, des ballons, des flûtes qui font «pouettt» des chapeaux, des affiches, des verres thématiques, des petits jouets souvenirs inutiles qui se brisent en cinq minutes, etc.  Le résultat est: une poubelle bien remplie et une facture bien salée! Depuis que je tends vers le zéro déchet, les fêtes ont bien changé…mais pour le mieux! Une bonne vieille nappe, des serviettes en tissus, ma vaisselle de tous les jours… une brassée de lavage plus tard, tout est prêt à être réutiliser! La même petite pensée me revient toujours : la cuillère de plastique avec laquelle mon enfant a mangé son gâteau de 1 an sera encore là quand son arrière-petit enfant mangera le sien. De quoi faire réfléchir…

Mis à part les fêtes d’enfants, un autre endroit où je sauve des sous est à la pharmacie et à l’épicerie. Premièrement, je n’achète pas de mouchoir. Anciennement, j’utilisais le papier de toilette (qui est souvent aussi doux que les kleenex). Quand j’ai vu ma fille de 2 ans vider un rouleau en moins de deux parce qu’elle veut se moucher «TOUTE SEULE», j’ai découpé un vieux chandail de coton à mon chum pour en faire des mouchoirs en tissu. Une autre dépense de réglée!

Voici en rafale quelques autres économies que je réalise:

  • Mes vieilles guenilles font d’excellent essuie-tout.
  • Les  »ziploc » ont laissé place aux pochettes pour collations en tissu.
  • Les feuilles de cuisson réutilisables (ex :Cookina) remplacent mon papier d’aluminium/parchemin.
  • Ma pellicule d’emballage est remplacée par des Cover blubber et éventuellement par des emballages en tissu avec cire d’abeille (ex: Api-flex).
  • Les pailles sont bannies parce que… je peux très bien vivre sans.
  • Les serviettes hygiéniques sont partiellement remplacées par des serviettes lavables.
  • Des lingettes de bébé sont remplacées par de simples débarbouillettes.
  • Les sacs à ordures noirs sont éliminés car j’ai amplement de place dans un petit sac format «épicerie».

Et je ne parle même pas des économies réalisées en utilisant presque juste du vinaigre et du bicarbonate de soude comme produits nettoyants, en achetant que du linge et des objets usagés, en mangeant moins de viande, etc.

Bref, en réduisant ma consommation et en choisissant des options plus durables, j’économise beaucoup même si des fois, ça ne parait pas toujours sur le coup. Mais, notre portefeuille et la planète en sortent tous deux gagnants!

N’hésitez pas à me partager vos trucs écono et écolo !

Journée mondiale du bénévolat

Conférence zéro déchet avec Béa Jonhson

Le 25 octobre prochain, les adeptes du mouvement zéro déchet et les curieux sont conviés à la conférence de Béa Johnson, présentée par Terre à soi au Collège Maisonneuve.
Porte-parole du mouvement global Zéro déchet dont elle est considérée comme la «papesse», Béa Johnson partage, dans sa conférence, son expérience de réduction radicale des déchets grâce à l’application de cinq règles: Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler, Composter.
Depuis huit ans déjà, Terre à soi, magasin général écologique, agit comme agent de changement social dans son milieu en proposant à la famille d’aujourd’hui des produits écologiques, locaux et équitables. En lien étroit avec ses clients et fournisseurs, Terre à soi est fière de s’associer au mouvement Zéro déchet comme solution réelle et durable, un pas à la fois, vers un monde plus conscient. Curieux, initiés ou experts prendront plaisir à rencontrer Béa Johnson et à s’inspirer de ses solutions pour vivre plus simplement, améliorer sa santé et, en plus, économiser temps et argent!

C’est un rendez-vous à ne pas manquer.