En harmonie avec la terre

Citoyennes lavalloises en action

Tag: Planète

Journée internationale de la prévention des catastrophes naturelles

Jour de la Terre

http://www.jourdelaterre.org/

Être écologique, c’est économique!

On entend souvent dire que de manger des aliments biologiques et d’acheter des produits locaux ou éthiques coûte plus cher et c’est (malheureusement) souvent vrai… Si on s’arrêtait à cela, il pourrait nous sembler qu’être écolo est peu économique voire inaccessible pour certains d’entre nous. Mais il y a plein de petits (et de gros) endroits où être écologique/zéro déchet est bon pour notre portefeuille. C’est dernièrement, lors de l’organisation de la fête de mes enfants, que j’en ai pris pleinement conscience…

Il y a plusieurs années, en pensant me simplifier la vie pour la fête de ma fille, j’avais acheté des nappes de plastique, des «napkins» de Dora, de la vaisselle jetable, etc. Et quand on parle fête d’enfant, il est vraiment facile de tomber dans le piège et d’acheter la totale c’est-à-dire: des guirlandes, des banderoles, des ballons, des flûtes qui font «pouettt» des chapeaux, des affiches, des verres thématiques, des petits jouets souvenirs inutiles qui se brisent en cinq minutes, etc.  Le résultat est: une poubelle bien remplie et une facture bien salée! Depuis que je tends vers le zéro déchet, les fêtes ont bien changé…mais pour le mieux! Une bonne vieille nappe, des serviettes en tissus, ma vaisselle de tous les jours… une brassée de lavage plus tard, tout est prêt à être réutiliser! La même petite pensée me revient toujours : la cuillère de plastique avec laquelle mon enfant a mangé son gâteau de 1 an sera encore là quand son arrière-petit enfant mangera le sien. De quoi faire réfléchir…

Mis à part les fêtes d’enfants, un autre endroit où je sauve des sous est à la pharmacie et à l’épicerie. Premièrement, je n’achète pas de mouchoir. Anciennement, j’utilisais le papier de toilette (qui est souvent aussi doux que les kleenex). Quand j’ai vu ma fille de 2 ans vider un rouleau en moins de deux parce qu’elle veut se moucher «TOUTE SEULE», j’ai découpé un vieux chandail de coton à mon chum pour en faire des mouchoirs en tissu. Une autre dépense de réglée!

Voici en rafale quelques autres économies que je réalise:

  • Mes vieilles guenilles font d’excellent essuie-tout.
  • Les  »ziploc » ont laissé place aux pochettes pour collations en tissu.
  • Les feuilles de cuisson réutilisables (ex :Cookina) remplacent mon papier d’aluminium/parchemin.
  • Ma pellicule d’emballage est remplacée par des Cover blubber et éventuellement par des emballages en tissu avec cire d’abeille (ex: Api-flex).
  • Les pailles sont bannies parce que… je peux très bien vivre sans.
  • Les serviettes hygiéniques sont partiellement remplacées par des serviettes lavables.
  • Des lingettes de bébé sont remplacées par de simples débarbouillettes.
  • Les sacs à ordures noirs sont éliminés car j’ai amplement de place dans un petit sac format «épicerie».

Et je ne parle même pas des économies réalisées en utilisant presque juste du vinaigre et du bicarbonate de soude comme produits nettoyants, en achetant que du linge et des objets usagés, en mangeant moins de viande, etc.

Bref, en réduisant ma consommation et en choisissant des options plus durables, j’économise beaucoup même si des fois, ça ne parait pas toujours sur le coup. Mais, notre portefeuille et la planète en sortent tous deux gagnants!

N’hésitez pas à me partager vos trucs écono et écolo !

Prochain défi: la bouffe!

Personnellement, j’aime bien me donner des défis au 1er janvier ou sinon, donner un thème à mon année. J’ai proclamé 2018 mon année de la nourriture!  Autant la nourriture que je mange que celle que je veux faire pousser que celle qui aura une deuxième vie grâce à mon compost !

Parlons bouffe!

Mon premier défi est de diminuer considérablement ma consommation de viande. (Tout en restant dans les limites de l’acceptable de mon chéri c’est-à-dire, avoir de la viande au menu grosso modo une fois par semaine. Pour un carnivore, c’est déjà tout un pas en avant! Yeah!)

Tout a commencé il y a quelques années lorsque ma perception de la viande s’est mise à changer. Jadis, quand j’avais de la viande dans mon assiette, je la mangeais… that’s it. Puis, à force de m’informer et d’écouter des documentaires (et d’avoir eu à désosser un poulet…😝pas capable), je vois l’animal, celui qui a été élevé et tué dans des conditions souvent horribles. Je pense également aux forêts dévastées, notamment en Amazonie, pour l’élevage bovin ou même au méthane que les vaches produisent simplement durant leur digestion, etc. Bref, je pense beaucoup trop! Ceci explique pourquoi j’ai beaucoup moins envie d’en manger! Bon, maintenant que je réduis ma consommation de viande, je réponds quoi à l’éternel : qu’est-ce qu’on mange pour souper? Heureusement, il y a une alternative durable et responsable: les végétaux (fruits, légumes, légumineuses, noix, graines, céréales entières). N’étant vraiment pas une cuisinière hors paire et ayant un répertoire de recettes végétariennes relativement limité, je dois redécouvrir la cuisine et une multitude de nouveaux aliments. Moi qui ne connaissais pratiquement que la farine de blé 😆, il y en a plein d’autres (révélation 😀)! Je dois trouver une façon d’apprêter ces aliments pour que «ma gang» les aime et en redemande!

D’ailleurs, si vous avez des recettes végétariennes que vous appréciez particulièrement, n’hésitez pas à me les partager!

Le deuxième défi que je me suis donné est de revenir à de la vraie nourriture. Tsé celle qui a une liste d’ingrédients compréhensible. Je veux savoir ce que je mange! Trop souvent, notre nourriture est bourrée de sucre, de sel et est ultra-transformée. Cuisiner avec des vrais aliments me permet aussi d’en acheter beaucoup en vrac avec mes propres contenants réutilisables pour ensuite les cuisiner. Cela me permet de faire un pas de plus vers le «zéro déchet», car, par exemple, en faisant mes propres barres tendres, je vais éliminer une quantité phénoménale d’emballages individuels métallisés qui traînent dans mon auto (gracieuseté de chéri 😉).

Bref, je risque de cuisiner pas mal cette année et j’y ai déjà beaucoup de plaisir! En plus d’être bon pour ma santé, manger moins de viande et d’aliments transformés me coûte moins cher! Cela me permet alors d’acheter davantage de fruits et légumes locaux et cultivés sans pesticides (les Fermes Lufa) Et gageons que le livre «Sauver la planète une bouchée à la fois» du Nutritionniste Urbain trônera bientôt sur ma table de chevet!

Et vous, avez-vous des défis pour 2018? Pensez-vous faire des changements au niveau de votre alimentation? Inspirez-moi, Inspirez-nous!

 

N.B.: Si vous décidez de manger moins de viande ou plus du tout, je vous conseille de vous informer et de lire, entre autres, cet article qui traite des carences qui peuvent être entraîner (aux adultes comme aux enfants) par notre alimentation.

 

Des fêtes magiques, écologiques et un brin minimalistes !

Depuis 2 ans, je tends vers le minimalisme. J’ai grandement réduit mes possessions, mes vêtements, mes accessoires de cuisine, etc. Bref, tout ce qui traînait chez nous et qui n’avait plus sa place! Résultat: Je cherche moins mes choses (donc je gagne du temps) et je suis capable de fermer  les portes d’armoires. C’est merveilleux!  Montagne de toutous, jouets

Mais, il demeure un obstacle important dans ma quête du minimalisme et de la maison bien rangée, mes ENFANTS ! Comme mon penchant minimaliste est relativement récent, j’ai toutes sortes de jouets, toutous, bébelles accumulés avec le temps et que je peine aujourd’hui à me débarrasser. Mes filles jouent avec tout et trouvent une utilité à tous les jouets, même les plus insignifiants. Dès que je veux en donner un, c’est instantanément devenu leur préféré! J’y vais donc en douceur (ou en cachette!) pour me libérer tranquillement des jouets qui ne sont plus d’actualité.

Un autre problème qui s’ajoute à ma quête de l’essentiel est le temps des fêtes… Ce moment magique où on ne veut pas décevoir ses enfants qui s’attendent à recevoir des cadeaux du Père Noël! Personnellement, c’est un défi. Voici quelques résolutions qui vont m’aider à tranquillement diminuer la quantité de cadeaux reçus.

Cette année, j’ai demandé à leurs oncles/tantes de ne pas leur donner de cadeaux. J’ai également incité les grands-parents à donner du temps! Ce Noël, ce sera une activité magique au centre-ville qu’elles n’oublieront pas de sitôt mais, ça aurait pu être une sortie au restaurant, au cinéma, les inscrire et les accompagner à un cours de danse ou de patin ou bien cuisiner leur dessert préféré avec eux. Les billets de spectacle ou de pièce de théâtre, les passes familiales pour un centre de ski, le zoo, ou un centre d’amusement sont également d’excellentes idées cadeaux. Les enfants adorent passer du temps en notre compagnie alors leur accorder du temps et toute notre attention (exit les cellulaires svp) les rendront très heureux! De toute façon, quand on y pense, nos meilleurs souvenirs sont généralement davantage liés à des activités spéciales, des voyages ou une ambiance magique à Noël qu’à des cadeaux matériels.

Bon, revenons sur Terre, je suis mère à la maison et, selon moi, mes enfants ont besoin de renouveau dans leurs jouets. Je me suis donc tournée vers les articles usagés. On en retrouve facilement dans les bazars, les ventes de garage, les « trocs tes jouets », les friperies, etc. C’est une vraie mine d’or pour les jouets des jeunes enfants (0-4 ans) ainsi que pour les casse-têtes et les jeux de société. Pour les plus vieux, les sites internet d’articles usagés comme Kijiji sont parfaits pour trouver des Légo, des Playmobil ou d’autres jouets particuliers à petit prix. On peut aussi en échanger entre ami(e)s!

Bref, cette année, j’ai dépensé moins pour les cadeaux et j’aurai moins de cadeaux matériels à gérer (lire : ranger, ranger, ranger!). En plus, en diminuant ma consommation et en réutilisant des jouets déjà produits, je prends soin de la planète. C’est que du positif!! Avec l’argent économisé, on pourra se payer une belle sortie familiale et de merveilleux souvenirs…!

 

Journée mondiale des Sols