Citoyennes lavalloises en action

Étiquette : collecte

Ma nouvelle équipe : Allez les bruns !

Oui !!!! Je fais maintenant partie de l’équipe des bruns de Laval et j’en suis très fière. Allez les bruns ! Allez les bruns !

Depuis maintenant une semaine, notre secteur bénéficie  de la collecte résidentielle des matières organiques. Deux jours seulement après avoir reçu mon bac, il était déjà rempli et prêt à être collecté par la ville. J’avais très hâte de recevoir mon bac brun, car je voulais couper mes vivaces et défaire mon jardin et je n’ai jamais assez d’espace malgré mes deux composteurs stationnaires et ma tour à condos pour mes vers domestiques… hihi mon vermicomposteur ou lombricomposteur.

Composteurs stationnaires

Tour à condos pour vers (vermicompost)

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet automne, tous mes résidus verts seront mis dans l’un ou l’autre des systèmes de compost que j’ai maintenant de disponible.  Aussi, fini les os, les peaux de poissons ou les pelures de patates dans ma poubelle. Ce sont quelques exemples qui n’allaient ni dans mon vermicomposteur, ni dans mon compost dans ma cour, car à l’extérieur, je ne voulais pas attirer les animaux et mes vers ne mangent pas de tout… ils sont très capricieux 😉

Voici une liste d’éléments qui allaient à la poubelle chez nous et qui vont maintenant aller dans le compost :
• coquilles d’oeufs (trop long avant d’être décomposer)
• Noyaux de fruits : avocats, pêches, nectarines, etc (trop long avant d’être décomposer)
• Viandes, poissons, fruits de mer, y compris coquilles, os, carapaces et gras (attire les animaux | trop long avant d’être décomposer)
• Papier et carton souillés par des matières alimentaires (refusés dans le bac de recyclage)

Avec l’arrivée de la collecte résidentielle des matières organiques, je n’aurai plus rien d’humide ou de mouillé dans mes poubelles. Donc, tous mes déchets non recyclables ou non compostables pourront être déposés directement dans ma poubelle. Yé ! Je n’aurai plus besoin de sacs de poubelle. Par conséquent, avec la collecte des matières organiques, je vais réduire ma dépendance au plastique en plus de réduire la taille de mon sac poubelle et même potentiellement réduire le nombre de poubelles chez moi (est-il nécessaire d’avoir une poubelle par pièce ?). C’est génial, vous ne trouvez pas ?

Faire partie de l’équipe des bruns va me permettre de réduire le nombre de matières organiques qui se ramassent dans les dépotoirs et qui engendrent par la même occasion une quantité importante de méthane (un gaz 21 fois plus actif comme gaz à effet de serre que le gaz carbonique).  Lavalloises et lavallois, c’est le temps de passer à l’action en changeant vous aussi une habitude : embarquez à pieds joints dans l’équipe des bruns et compostons tous ensemble !

Pour en savoir plus sur le compost…

 

 

À vos marques, prêts… plogguez!

Même si «plogging» semble tout droit sorti du vocabulaire d’un ado, il s’agit plutôt d’une nouvelle tendance venue de Suède consistant à ramasser des déchets en joggant! On nettoie l’environnement tout en sollicitant d’autres muscles que ceux utilisés habituellement pour la course (2 pour 1, yes! 😀 ). Alors cette année, c’est décidé, je me lance dans le «plogging» ! Après avoir passée toute l’année dernière à me dire : «Mauzus que les rues sont sales.», je passe à l’action. Avril, avec son Jour de la Terre et la neige qui fond en laissant apparaître des déchets par milliers, me semble tout indiqué pour commencer!

C’est armée de gants de caoutchouc et d’une pince à long manche (version plus relaxe, je suis un peu paresseuse 🙂 ) que je me suis mise à arpenter les rues à la recherche de détritus…et ils ne sont pas trop dur à trouver. Que ce soit des déchets qui s’envolent des poubelles ou les gens qui prennent le sol pour un bac à recyclage devant les boîtes aux lettres communautaires, il y a du travail à faire.  Une fois sur le sol, les déchets vont souvent se retrouver au fil des précipitations dans les bouches d’égouts pour ensuite rejoindre les stations d’épuration. Une fois rendues là-bas, les matières qui auraient pu être recyclées sont maintenant devenues toxiques et inutilisables. Il vaut donc mieux prévenir!

Je me suis également inscrite au programme Terracycle de recyclage de déchets de cigarettes . C’est très simple : je les ramasse puis je leur envoie par la poste (gratuit) afin qu’ils soient transformés en compost (papier, cendre, tabac) et en mobilier extérieur (filtre, emballage plastique). Les mégots sont l’un des déchets les plus répandus dans le monde. Un seul mégot contient plus de 4000 produits chimiques, peut contaminer jusqu’à 500 litres d’eau et prend en moyenne 12 ans à se décomposer. Il n’y a donc pas juste pour nous que la cigarette est néfaste!

Voici un petit aperçu de ma première collecte:

items collectés lors du plogging

La grande gagnante en terme de quantité amassée est la bouteille de plastique suivie de près par la canette d’aluminium. Les verres à café/boissons terminent au 3e rang ex aequo avec les pancartes «stationnement interdit» de la Ville.

J’ai même trouvé un siège d’auto dans les vidanges! Au Québec, M. Fillion de Victoriaville collecte les sièges d’autos usagés pour ensuite les démanteler puis les apporter à un recycleur. Le plastique sert ensuite à fabriquer des planchers et du mobilier urbain. En Harmonie avec la Terre organise d’ailleurs le 9 juin une grande collecte de sièges d’auto usagés. La collecte aura lieu à l’École Paul-Comtois de Laval lors de la Fête des Voisins de Vimont* !

Bref, le plogging va me tenir en forme cette année. Parce que des déchets, il y en a tout le long de l’année, pas juste lors du Jour de la Terre. Idéalement, il faudrait agir à la source en réduisant la quantité de déchets que nous produisons et en les jetant aux endroits appropriés. J’espère que ce sport disparaîtra un jour… en attendant, plogguons !!!

* plus de détails à venir sur la page Facebook d’En harmonie avec la Terre