En harmonie avec la terre

Citoyennes lavalloises en action

Author: Diane Mongeau

Trois fois par jour

Quand j’ai commencé à me préoccuper des produits que j’utilisais sur mon corps, j’ai décidé de fabriquer ma propre pâte à dents car après tout, c’est trois fois par jour (parfois 2) qu’on accomplit cette tâche et qu’on ingère fort probablement une certaine quantité de dentifrice et de produits chimiques qui s’y trouvent.

Certaines personnes essaient plusieurs recettes avant de tomber sur la bonne mais moi, j’ai été très chanceuse car la première recette que j’ai essayée était parfaite.   Goût, texture, efficacité.

Durant un an, j’ai donc utilisé exclusivement cette pâte.  J’ai demandé l’avis de ma  dentiste en lui mentionnant les ingrédients qui entraient dans la composition de ma pâte maison et, après m’avoir examinée, elle n’y voyait aucun problème, m’expliquant qu’à un certain âge (le mien genre ! ! !)  le fluor était moins nécessaire.  Or, en discutant avec un autre dentiste, autre son de cloche;  selon lui, comme mes dents connaissent un certain déchaussement (voilà, vous savez tout maintenant !) le fluor s’avère important….  Que faire ?

N’ayant pas envie à ce stade de me lancer dans une étude exhaustive sur la question j’ai choisi d’utiliser une pâte commerciale une fois par jour et de maintenir mon dentifrice maison pour le reste, ce qui à mon avis est un bon compromis.  Mais un jour je devrai me pencher davantage sur la question…

Et qu’en est-il du côté de la brosse à dents, qu’on doit changer environ 4-5 fois l’an pour s’assurer d’un bon travail de brossage? Cela en fait des débris de plastique qui se retrouvent dans les dépotoirs.

Je me suis donc tournée vers une brosse au manche de bambou.  Au terme de sa vie, on coupe le manche pour le déposer dans le bac de matières organiques (compost) et on jette l’extrémité avec les poils qui est non-compostable.  Il existe plusieurs sortes de brosses chez différentes compagnies; des souples, des moins souples, des grosses, des petites, la plupart avec poils synthétiques, d’autres avec des poils de cochon (Et oui ! Celles-là sont 100% compostables.). J’en ai donc essayé quelques-unes (pas les poils de porc… pas rendue là !) avant de trouver celle qui me convenait.  Et maintenant, quand elle n’est plus bonne, je coupe le manche et place le bambou au compost (celui de la ville car le bambou prend  un certain temps à se décomposer, et je n’ai pas envie de retrouver un tas de manches en bambou dans mon potager. Quoi que… si ça repoussait en brosses à dents…. ??? )

Il me reste maintenant la soie dentaire écolo à découvrir, mais comme  je ne l’utilise pas très régulièrement…(ne le dites surtout pas à mon dentiste) je n’ai pas encore fait de tests de ce côté.

 

 

 

 

Sniff sniff !

Lorsque j’ai débuté mes changements à la maison certains ont été très faciles comme par exemple de remplacer les essuie-tout en papier par des guenilles lavables. 

J’ai pris 2 grandes serviettes qui avaient vraisemblablement visité plusieurs plages et qui montraient quelques signes de vieillissement, je les ai simplement coupées en rectangles de la grandeur désirée, et avec ma machine à coudre j’ai cousu le tour de chaque guenille pour éviter l’effilochage.

Voilà maintenant tout près de 2 ans que nous n’avons pas acheté d’essuie-tout papier et ça ne nous manque pas du tout.

À peu près à la même époque, et comme je suis affligée d’une rhinite chronique (me mouche à l’année longue… ce doit être héréditaire ma mère est pareille !), j’ai eu la bonne idée de faire de même avec les papiers-mouchoirs.  Je me suis donc acheté des mouchoirs lavables, en coton,  dans une petite boutique près de chez moi.

Je dois avouer que les mouchoirs achetés étaient un peu trop épais et un peu grands, créant une espèce de monticule disgracieux dans ma poche de jeans.   Aussi, au début j’étais peu convaincue et ressentais un certain malaise à les utiliser devant les gens de sorte que, les quelques fois où je les ai utilisés c’était à la maison, mais je ne délaissais toujours pas les mouchoirs en papier.

Mais ici comme ailleurs la technique du « pas à pas » a fait son chemin dans ma tête, et voilà qu’il y quelques semaines, lors d’un épisode de « trip de couture » j’ai trouvé dans mes armoires une taie d’oreiller toute douce et abandonnée par son kit de draps d’origine avec laquelle j’ai eu l’idée de me coudre des mouchoirs.

Ah !  Ils sont parfaits !    Doux et soyeux à souhait, minces et discrets, carreautés comme ceux de mon grand-père.   Je les utilise maintenant quotidiennement à la maison comme à l’extérieur.  Il faut croire que je n’étais pas tout à fait prête lorsque j’ai acheté mes premiers mouchoirs.

Et croyez-le ou non,  mon amoureux est en train d’adopter le mouchoir lui aussi… pas à pas.

Mais attention :   si un épisode de rhume ou de grippe survenait au cours de cette belle saison hivernale il y a des chances que je me tourne vers le papier-mouchoir (pour éviter la contagion d’abord mais aussi parce que je risquerais d’en manquer !)   Cela ne serait que temporaire, bien sûr.

 

Les fameuses résolutions

Je ne crois pas aux résolutions de début d’année. Je n’y crois pas car mon expérience m’a clairement démontré que ce n’est qu’une infime minorité de celles-ci qui tiennent bon et que de toute façon c’est très mauvais pour mon estime personnelle parce que quand je flanche, je ne suis pas fière de moi.   Voilà pourquoi je n’en prends plus (en fait, je n’en ai pas pris très souvent dans ma vie).

Cependant, j’admets que souvent pour débuter une nouvelle habitude le début d’une année est un moment charnière qui, pour ma part, me situe bien dans le temps et me permet de me rappeler que c’est au début de l’an de grâce mille-neuf-cent-quelque-chose, que j’ai commencé à, que j’ai cessé de ou  que j’ai opté pour… 

Donc, en ce qui concerne mon mode de vie « Simplicité volontaire /Zéro Déchet »,  dès le début de 2018 je mettrai davantage l’accent sur les vêtements car on sait (ou peut-être pas…) que cette industrie est très polluante et vraiment pas éthique. On se rappellera la catastrophe au Bangladesh en  2013.    J’ai visionné le film The true cost récemment et ça m’a fait réfléchir.  Si vous avez la chance de le voir ne le manquez pas.

À la base je ne suis pas une grande consommatrice de vêtements ou d’accessoires de mode et ne l’ai jamais été.  En réalité, je DÉTESTE magasiner au plus haut point. Je préfère aller chez le dentiste, chez le garagiste ou même sortir les vidanges (parce que ça arrive de moins en moins souvent ! ! !). Mais notre culture, et la température, font en sorte qu’il est nécessaire de se vêtir un peu quand même.

Alors, deux choses vers lesquelles je vais tendre à l’avenir sont les friperies et les achats de vêtements fabriqués localement et/ou éthiquement.    C’est certain que dans les friperies il faut fouiller un peu et que ce n’est pas garanti qu’on trouvera quelque chose à tous les coups, mais on fait parfois de belles trouvailles.

Et si je ne trouve pas en friperie, j’irai voir les commerces ou les sites internet qui ont des vêtements écolos et/ou éthiques.    Ces derniers sont généralement plus dispendieux car personne n’a été exploité lors de leur fabrication, mais comme mes achats sont peu nombreux dans une année et que je tends de plus en plus vers une garde-robe minimaliste, leur coût n’est pas nécessairement un obstacle.

Voilà, je me suis commise en le disant haut et fort.   Je vous partagerai mes bons et mes moins bons coups au courant de l’année.

Tout simplement

 

C’est un peu par accident que la Simplicité Volontaire est arrivée dans ma vie.   Il y a environ 5 ans j’ai perdu mon emploi.   Je venais tout juste d’avoir 50 ans (bon c’est fait, vous connaissez maintenant mon âge !).   Pour faire une histoire courte on m’a fait réaliser que je pouvais devenir travailleur autonome, chose qui ne m’avait jamais effleuré l’esprit.

Les 2 premières années, comme toute bonne entrepreneure, je m’investissais de très nombreuses heures par semaine dans cette nouvelle vie, et ça fonctionnait ma foi très bien, jusqu’à ce que je réalise que j’aimais bien le statut de travailleur autonome mais que j’aimais moins ce que je faisais, du travail administratif.

Tout en continuant mon entreprise (faut bien manger !) mais avec moins d’entrain, j’ai essayé différentes choses sans vraiment avoir l’étincelle pour aucune d’elles de sorte que mes revenus se sont mis à diminuer, mais je m’en sortais encore bien.     Et un beau jour, l’étincelle que j’attendais est survenue.    C’est suite au visionnement d’un film (En Quête de Sens), que je me suis soudainement sentie investie d’une mission pour la cause environnementale.

C’est à ce moment que j’ai commencé à vivre selon les principes de la simplicité volontaire et parallèlement à poser de nombreux gestes dans mon quotidien pour tendre vers le zéro déchet, gestes dont je vous parlerai plus longuement dans mes prochains écrits.    Aussi, comme j’aime beaucoup parler aux gens et sachant que je possède des habiletés pour parler en public j’ai créé une « conférence-partage » que j’offre dans des organismes ou lors d’événements, ce qui me permet une autre entrée de revenus mais pour quelque chose qui me plaît vraiment beaucoup.

Aujourd’hui, je travaille entre 15 et 20 heures par semaine et surtout avec ce mode de vie j’ai appris à vivre selon mes propres valeurs (le plaisir, l’entraide, le partage, la simplicité) plutôt que celles de la société (la consommation, la performance, la compétition…)  Pour moi vivre en toute simplicité veut aussi dire disposer de plus de temps pour vivre ma vie.

J’ai adhéré à ce mode de vie pour ces différents aspects :

  • Spirituel :   une vie plus zen et harmonieuse;
  • Santé physique et mentale : moins de stress et moins de malaises dus au stress;
  • Financier : moins de dépenses et de paiements, donc moins de travail;
  • Temporel : plus de temps de qualité pour ce et ceux que j’aime;
  • Social : plus de moments pour m’impliquer dans ma communauté et créer des liens;
  • Environnemental : agir pour un meilleur environnement et vivre en harmonie avec notre belle planète;
  • Liberté :  moins de contraintes et par conséquent pouvoir choisir ma vie et la savourer au maximum.

Évidemment cela se fait un pas à la fois, et certains jours je me laisse encore emporter par le tourbillon de la vie.    C’est en quelque sorte un défi quotidien mais qui devient de plus en plus facile à relever.   C’est exactement comme le mouvement d’un pédalier;  pour démarrer le mouvement cela demande un effort mais à mesure qu’il est entamé, un automatisme s’installe et le pédalier  tourne ensuite plus aisément.