En harmonie avec la terre

Citoyennes lavalloises en action

Les fameuses résolutions

Je ne crois pas aux résolutions de début d’année. Je n’y crois pas car mon expérience m’a clairement démontré que ce n’est qu’une infime minorité de celles-ci qui tiennent bon et que de toute façon c’est très mauvais pour mon estime personnelle parce que quand je flanche, je ne suis pas fière de moi.   Voilà pourquoi je n’en prends plus (en fait, je n’en ai pas pris très souvent dans ma vie).

Cependant, j’admets que souvent pour débuter une nouvelle habitude le début d’une année est un moment charnière qui, pour ma part, me situe bien dans le temps et me permet de me rappeler que c’est au début de l’an de grâce mille-neuf-cent-quelque-chose, que j’ai commencé à, que j’ai cessé de ou  que j’ai opté pour… 

Donc, en ce qui concerne mon mode de vie « Simplicité volontaire /Zéro Déchet »,  dès le début de 2018 je mettrai davantage l’accent sur les vêtements car on sait (ou peut-être pas…) que cette industrie est très polluante et vraiment pas éthique. On se rappellera la catastrophe au Bangladesh en  2013.    J’ai visionné le film The true cost récemment et ça m’a fait réfléchir.  Si vous avez la chance de le voir ne le manquez pas.

À la base je ne suis pas une grande consommatrice de vêtements ou d’accessoires de mode et ne l’ai jamais été.  En réalité, je DÉTESTE magasiner au plus haut point. Je préfère aller chez le dentiste, chez le garagiste ou même sortir les vidanges (parce que ça arrive de moins en moins souvent ! ! !). Mais notre culture, et la température, font en sorte qu’il est nécessaire de se vêtir un peu quand même.

Alors, deux choses vers lesquelles je vais tendre à l’avenir sont les friperies et les achats de vêtements fabriqués localement et/ou éthiquement.    C’est certain que dans les friperies il faut fouiller un peu et que ce n’est pas garanti qu’on trouvera quelque chose à tous les coups, mais on fait parfois de belles trouvailles.

Et si je ne trouve pas en friperie, j’irai voir les commerces ou les sites internet qui ont des vêtements écolos et/ou éthiques.    Ces derniers sont généralement plus dispendieux car personne n’a été exploité lors de leur fabrication, mais comme mes achats sont peu nombreux dans une année et que je tends de plus en plus vers une garde-robe minimaliste, leur coût n’est pas nécessairement un obstacle.

Voilà, je me suis commise en le disant haut et fort.   Je vous partagerai mes bons et mes moins bons coups au courant de l’année.

4 Comments

  1. Je demeure à Gatineau, au cours de l’année j’aimerais connaître les sites qui riment avec écolo/ éthique et où personne n’est exploité. Je continue de vous lire, bravo et continuez!

  2. Superbe texte!
    J’ai une idée aussi à proposer aux gens : Après avoir lu le livre : le pouvoir étonnant du rangement de Marie Kondo, j’ai décidé de faire un énorme ménage de ma garde-robe.
    J’ai par la suite suggéré à mes amies de faire le même exercice. Nous avons organisé une soirée : échange de linge !
    C’etait en 2016. Depuis , on le fait 2 fois par année et on invite les amies des amies . C’est un franc succès , un prétexte pour passer une belle soirée entre amies et une soirée de magasinage GRATUITE!!!
    Une belle façon de réutiliser et de changer sa garde-robe souvent sans dépenser un seul sous!

    • Diane Mongeau

      26 décembre 2017 at 16 h 48 min

      C’est une très bonne idée Ariane. Ça permet de joindre l’utile à l’agréable et c’est une belle façon de renouveler sa garde-robe. Merci pour la suggestion.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*